La démarche

Dans sa mission d'acteur de référence du territoire, le Poool a initié une dynamique collective sur le thème de l’innovation vertueuse. L'objectif est d'encourager tous les acteurs et les individus à s'inscrire dans l’innovation en faveur d’un développement économique plus soutenable et durable avec un impact positif sur la société et sur l'environnement. Un des enjeux de l'innovation vertueuse est Le Numérique responsable.
Le numérique est un formidable levier pour innover mais il ne faut pas oublier son impact sur notre planète.
Démarche débutée par ENEDIS, le Poool et Rennes Métropole, dans le souhait d’échanger sur des bonnes pratiques numériques à diffuser en interne (#transfonum) comme auprès des acteurs du territoire.
Elle s’appuie sur une mise en Commun des expériences et des pratiques de chacun, et dans le souhait d’une diffusion large des enjeux et des solutions posés par le numérique.

La raison d’être

Notre rôle en tant qu’acteurs de l’innovation et du numérique est de sensibiliser sur ces enjeux pour faire en sorte qu’innovation rime avec impact positif. Il est donc nécessaire de communiquer sur ces enjeux, d’expliquer pour que chacune et chacun puisse se saisir du sujet : tout le monde peut agir !

Impact du numérique en France et dans le monde :

  • 3,8 des gaz à effets de serres sont générés par le numérique (soit plus que le secteur aérien !)
  • 23% des français ne sont pas à l’aise avec le numérique

Source : Institut du Numérique Responsable

Au programme : 6 actions phares

1. Badges de compétences numériques

Issus de pratiques pédagogiques plus traditionnelles, les badges de compétence numérique sont un outil utilisé pour confirmer l’acquisition d’aptitudes, de compétences ou de connaissances. Ceux-ci, reconnu via des plateformes numériques, peuvent être utilisés dans le cadre d’apprentissages en ligne, ou interopérables lors d’apprentissage dans des lieux, et notamment les tiers-lieux.
Ils sont complémentaires à des diplômes ou certifications classiques : les badges de compétences numériques permettent de reconnaître des compétences plus fines (une participation à un projet par exemple, attestant d’un savoir-être et d’un savoir-faire).
Développés sous forme numérique depuis 2010, notamment par la Fondation Mozilla, les badges certifient des informations précises, en plus de l’image symbolique :

  • les références de l’émetteur du badge ;
  • la date d’émission ;
  • les compétences atteintes ;
  • une référence d’authentification du badge.

Ils sont interopérables (on peut aussi bien les faire figurer sur un portefeuille de badges comme sur un profil LinkedIn, par exemple) et peuvent être reconnus dans différents lieux, auprès de différents organismes, lorsque les compétences atteintes sont explicites.

Des badges aux typologies différentes :

Trois types de badges peuvent être imaginés et déclinés de la gouvernance de la démarche aux projets et évènements s’inscrivant dans cette dynamique :

  • La reconnaissance des participants dans la participation à la démarche : reconnaître la coopération.
  • La reconnaissance des participants à des projets de la démarche : reconnaître des pratiques.
  • La reconnaissance des participants à des évènements de la démarche : reconnaître l’acculturation et l’échange.

A partir de ces badges, des compétences peuvent être reconnues :
Badge Savoir : témoignant d’un savoir théorique, de connaissances découverts ou acquis lors d’un évènement
“Je suis un As de la Sobriété Numérique” ;
Badge Savoir Faire : formalisant un savoir-faire souvent technique ou méthodologique
“J’ai su programmer et assembler un doudou boudeur” “J’ai remplacé un élément de mon équipement informatique”
Badge Savoir Être : les plus difficile à formaliser, puisque témoignant d’un rapport aux autres, d’une posture, d’un respect de règles préétablies.
• Lorsqu’il n’est pas possible ou pertinent de choisir une des catégories précédentes, un Badge de compétence peuvent formaliser un savoir (savoir être, savoir-faire…)

2. Le déploiement d’un objet comme le doudou boudeur et la pédagogie associée

Un objet pour afficher les données sous une forme artistique.

Le doudou boudeur vise à :

  • Rendre tangible les données énergétiques.
  • Visualiser les consommations énergétiques de manière ludique et pédagogique.
  • Faciliter la compréhension de la consommation d'énergie dans les foyers.

Une représentation artistique avec un double objectif :

  • Une représentation visuelle simple de la consommation énergétique d'un foyer, en apportant de l'émotion et de la sympathie.
  • Cette "maison à doudou", intégrant l‘électronique, vise à créer de l'affecte autour des données en passant par de la lumière, du son, hébergeant une peluche en son sein.

La démarche à partir du doudou boudeur :

  • La famille se fixe un objectif de consommation.
  • Le dispositif récupère les données énergétiques à partir du compteur Linky.
  • Lorsque les objectifs sont remplis : les lumières sont vertes.
  • Au fur et à mesure que les consommations dépassent les objectifs : le doudou se tourne et commence à "bouder".

3. Travail sur des indicateurs du numérique responsable à partir de quelques chiffres clés

  • Le numérique est responsable de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Doublement en 2025 (+8% par an).
  • La fabrication représente 75 % des impacts environnementaux d'un smartphone.
  • 21 % c’est la part des équipements informatiques dans la consommation d'électricité d'une entreprise de bureau.
  • Passer de 2 à 4 ans d’usage pour une tablette ou un ordinateur améliore de 50 % son bilan environnemental.
  • Le nombre d’emails envoyés chaque jour 281 Milliards.
  • 80% Le pourcentage d’emails qui ne sont jamais ouverts.
  • Le secteur des nouvelles technologies représente à lui seul entre 6 et 10% de la consommation mondiale d’électricité.
  • Il faut mobiliser de 50 à 350 fois leur poids en matières pour produire des appareils électriques à forte composante électronique.

4. Création d’une page Wiki


5. Un atelier Fresque du numérique pour sensibiliser aux enjeux environnementaux du numérique

La Fresque du Numérique est un atelier ludique et collaboratif de 3 heures avec une pédagogie similaire à celle de La Fresque du Climat.Le but de ce “seriousgame” est de sensibiliser et former les participants aux enjeux environnementaux du numérique tout en passant un bon moment.L'atelier vise aussi à explorer les grandes lignes des actions à mettre en place à différentes échelles afin d'évoluer vers un numérique plus durable.

Le 2 décembre de 9h à 12h au Mabilay à Rennes. Contact : Catherine Lambard

6. La consommation de matériel informatique

Les membres

  • Hélène DUVAL, Directrice territoriale Rennes Métropole et Numérique, Enedis
  • Antoine SAVARY, chef de projets Enedis Lab Bretagne
  • Nicolas VIEL, Responsable numérique et innovation
  • Norbert FRIAND, responsable services numériques, Rennes Métropole / Ville de Rennes
  • Guillaume BENSI, CEO, Green-e
  • Sébastien GUYON, Directeur des opérations, Groupe Creative
  • Antoine LEHUGER, Responsable de Creative Minds, Groupe Creative
  • Christophe VIOT, Responsable de l’offre Consulting, Groupe Creative
  • Frédérick MARCHAND, CEO, Digital4Better
  • Héloïse DANO, Fondatrice Ecologeek
  • Sylvain REVEREAULT, Directeur technique Zenika
  • Herri Heas, Directeur, Zenika
  • Jean-Jacques GAOUYER, Directeur Projets Innovants, Orange
1,39 g
émis en moyenne par page