La créativité numérique : ce fabuleux fablab

Tout aurait-il été déjà dit sur la créativité numérique ? Certainement pas ! Alors ouvrons sans plus attendre les passionnantes discussions du 6 décembre prochain à La Digital Tech Conference.

Reconstitution immersive d’un navire de la compagnie des Indes orientales © Inria / Photo H. Raguet

En 1488, quand Gutenberg crée sa startup, il ignore la portée disruptive de l’innovation qu’il s’apprête à introduire. L’imprimerie va démocratiser le savoir et enfanter le Siècle des Lumières.

Tout comme le caractère en plomb, le 1 et le 0 annoncent une nouvelle ère. Le livre se fait électronique et chacun peut écrire son roman. Les idées papillonnent à la vitesse de la lumière sur des réseaux sociaux devenus nouvelle agora planétaire. Les outils numériques foisonnent. Ils démultiplient les champs du possible.

Au cinéma, le storyboard cède la place au logiciel de prévisualisation qui permet au réalisateur de composer un premier jet de son film. Sur le plateau, la caméra virtuelle tourne des scènes où s’incrustent des images de synthèse et virevoltent des acteurs bardés de capteurs de mouvements. En post-production, une application crée les figurants de toutes pièces.

Projet one-man-movie, préparation esthétique et technique au tournage © Inria / Photo C. Morel

 

Pendant ce temps, les archéologues ressuscitent des cités disparues en réalité augmentée. Des robots éducatifs enseignent la programmation aux écoliers. Dans les entreprises, le jeu vidéo “sérieux” assure la formation professionnelle. Dans les ateliers d’artistes, le pinceau converse avec la palette graphique. L’imprimante 3D sculpte des formes.

Un bouillonnement hybride fait naître de nouveaux métissages où les techniques s’entremêlent, les disciplines se décloisonnent et les œuvres deviennent collaboratives. Des chercheurs se prennent à rêver d’un langage et de formalismes pour mieux tendre ces passerelles.

Jean-Michel Prima / Inria